À la rencontre de… Coline Houssays

Élue au Conseil National du Rassemblement National

Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Bonjour, Je m’appelle Coline Houssays, j’ai 20 ans. Je suis actuellement étudiante en troisième année de Sciences Politiques et de Management Public à Aix-en-Provence.

Quel est votre parcours ?

J’ai décidé d’adhérer au Front National en 2015.

Depuis 2013-2014, j’ai participé en tant que jeune militante à toutes les campagnes électorales : Municipales, Départementales, Régionales, Présidentielles et Législatives.
Par ailleurs, j’ai été responsable du Front National de la Jeunesse / Génération Nation de la 4
ème circonscription du Var durant deux années. Puis je travaille conjointement avec les militants et responsables de la 4ème circonscription du Var durant les campagnes et dans l’organisation d’actions militantes.
Au XVI Congrès du Front National à Lille, j’ai été élue au Conseil National du Front National à l’âge de 19 ans, instance représentant le Parlement du mouvement.

A quel âge et pourquoi vous êtes-vous engagée en politique ?

J’ai commencé à militer au Front National à l’âge de 15 ans, à vrai dire la politique me passionne depuis un certain âge. C’est pour cela que j’ai voulu donner un sens à cette passion, en m’engageant pour mon pays.
Il est de notre devoir en tant que Jeunesse de France, de s’engager dans la vie politique de notre pays. Il est également de notre devoir de s’occuper de la vie publique, des affaires publiques de notre patrie. D’après moi, en quelques lignes, il est plus qu’urgent de préserver et sauvegarder notre identité, d’assurer la sécurité de tous les français, de développer notre économie, rendre du pouvoir d’achat à nos concitoyens, soutenir nos TPE et PME, de permettre à tous les français de vivre décemment !

En tant que jeune française, il était impossible pour moi de ne pas agir voyant ce que notre pays était et ce qu’il devient peu à peu. Je voulais devenir actrice et non pas spectatrice de mon avenir mais surtout de celui de la France.
Mon engagement s’est construit petit à petit ; à l’âge de 14 ans, j’assistais à mon premier meeting politique, en 2012, à Saint-Raphaël pour aller voir Nicolas Sarkozy, j’ai beaucoup aimé

cet homme politique, par ailleurs il m’a beaucoup déçu… un écart considérable s’est creusé entre ses paroles et ses actes.
Un an plus tard, à Toulon, j’assistais au meeting de Marine et Jean-Marie Le Pen.
Le discours et l’engagement de Marine Le Pen m’ont convaincu. Je voyais en cette femme, une stature de chef d’État et une capacité de résilience qui était impressionnante, ce qui est toujours le cas actuellement.

Pourquoi continuez-vous d’être engagée en politique ?

Je continue d’être engagée en politique car les décisions prises ces dernières décennies par les différents responsables politiques ne correspondent pas aux attentes des français, on a pu le voir dernièrement avec la crise des gilets jaunes.
Il est temps que la France retrouve sa grandeur et sa place de choix sur la scène internationale. Les français ne sont pas dupes, nous l’avons vu lors des dernières élections Européennes en arrivant en tête, les français n’ont plus confiance en la politique et en leurs responsables, il est grand temps que cela change !

Vous êtes membre du « Rassemblement National », pourquoi ce choix ?

Je suis membre du Rassemblement National, pourquoi ce choix ?
Tout simplement parce que le Rassemblement National a fait le choix de la France et des français et c’est ce pourquoi Marine Le Pen, nos cadres, élus et militants se battent quotidiennement.

Quelles sont les valeurs, les enjeux, les batailles qui vous tiennent à cœur et que vous défendez à travers ton engagement ?

Ce qui me tient à cœur et ce que je défends à travers mon engagement, c’est tout d’abord la préservation de notre identité, de nos traditions et de notre savoir-faire mais aussi le protectionnisme et le localisme.
De plus, nous défendons la proximité auprès de nos administrés en campagne électorale tout comme hors période électorale, ce qui à l’heure d’aujourd’hui n’est pas donnée à tous les partis

politiques. Par ailleurs, le réchauffement climatique et la préservation de notre planète me semblent être des enjeux majeurs.

Comment conciliez-vous étude/vie professionnelle et engagement ?

Je ne vous cache pas même à 20 ans, que concilier vie privée, vie étudiante et engagement politique n’est pas de tout repos. D’après moi, il faut une certaine organisation et savoir où l’on va et ce que l’on veut rapidement.
Parfois, cela est épuisant et lourd comme emploi du temps, mais c’est aussi une vie bien remplie, où l’on ne s’ennuie pas, où l’on se rend utile pour une cause qui nous est chère.

C’est aussi de superbes aventures humaines avec de très beaux souvenirs.

Que répondriez-vous aux jeunes qui considèrent que “ça ne sert à rien de s’engager” ?

Ce que je répondrai aux jeunes qui considèrent que « ça ne sert à rien de s’engager », je leur dirai que s’engager comme nous le faisons au Rassemblement National et chez Génération Nation, c’est tout d’abord se battre pour un idéal, vivre des expériences riches humainement, faire de très belles rencontres.

Mais aussi se former et s’engager pleinement dans un combat qui nous dépasse et qui par la suite nous rend plus fort, plus grand.
Pour terminer, je leur dirai que s’ils ne s’engagent pas, s’ils ne s’y intéressent pas, c’est une partie de leur avenir qu’ils négligent, ils seront donc spectateurs et non pas acteurs de leur destin et de celui de la France.

Enfin, je conclurai par dire à tous ces jeunes que nous sommes La génération qui peut changer les choses, donner une nouvelle vision et insuffler un nouveau souffle à la vie politique française. Alors engagez-vous !